Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 28 septembre 2008

L'ultime...

Ca y est ! C'est le dernier petit déjeuner que je vous sers mais la porte reste toujours ouverte et rien ne vous empêche de venir ici lorsque vous le souhaiterez.

Hotel%20Prinsenhof-Bruges-Belgium-Breakfast.jpg

Je tiens à vous remercier de votre fidélité sans faille. Grâce à vous tous, ce blog a eu une vie propre dans la blogosphère. C'est vous qui lui avez donné ses couleurs. Ici, se sont rencontrées des personnes de tous horizons, de tous milieux socio-professionnels, de toutes les couleurs. Ici, les commentaires ont toujours été aimables, parfois touchants et surtout réguliers. Ces Tranches de Vie sont vôtres, elles se sont souvent inspirées de confidences, de faits divers, de moments vécus... ou qui auraient pu l'être.

J'ai besoin de passer à autre chose, peut-être d'écrire autrement, voire de me lancer, qui sait ! Aujourd'hui, je préfère m'inviter chez vous, à l'improviste, le temps d'un commentaire.

Je vous souhaite à toutes et tous un bon dimanche et une longue vie à vos blogs !

Au revoir et surtout merci !

 

Plum'

ConcupiSens(ualité)

kris_lewis.jpg

Elle est une femme du Monde. Non, pas une femme du monde. Une femme du Monde, une Worldwoman. Elle est une femme qui a énormément voyagé, elle a presque fait le tour de la planète. Il n’y a que l’Océanie qu’elle ne connaît pas. Pas encore... Pourtant, elle n’a jamais pris l’avion, jamais mis les pieds sur un bateau et elle n’a même pas le permis de conduire. Elle n’a jamais eu de passeport. Pourquoi faire ?

Néanmoins, elle a le plus beau des sésames, le passe-partout qui lui permet de prendre la clef des gens lorsqu’elle le désire. Elle aime. Elle aime son prochain, elle aime les hommes. Elle aime tous les hommes. Sans distinction aucune de couleur ou de race, sans ségrégation, sans préconception, sans se poser de questions. Elle aime aimer. Elle aime être aimée. Elle est libre. Elle est liberté de mœurs, elle est liberté de cœur, elle est liberté d’humeur. Ne voulant pas et ne pouvant pas faire de choix, elle a choisi de ne pas s’engager afin de ne pas se priver d’amour. Elle a tant à donner qu’un seul homme ne pourrait supporter, à lui seul, tout cet amour, tout ce don d’elle.

Elle a des caresses douces pour tous les hommes qui désirent être sous ses mains expertes, sous ses doigts curieux.

Elle a des baisers langoureux pour tous les hommes qui veulent être dans sa bouche gourmande, sous ses lèvres enfiévrées et contre sa langue audacieuse.

Elle a des mots choisis, crus, sulfureux, tendres, poétiques, métaphoriques pour tous les hommes qui lui prêtent une oreille attentive.

Elle a des gestes de chatte, féline, pour tous les hommes qui désirent ronronner leur plaisir dans des langues étrangères.

Elle a des manières de louve, bestiale, pour tous les hommes qui hurlent leur jouissance en croyant mourir.

Elle griffe comme la sauvage panthère, elle lèche comme la lionne maternelle.

Elle est à la fois tendresse brutale, douceur cruelle, féminité virile, amoureuse indifférente. Elle est l’amour. Sous toutes ses formes, avec toutes ses variantes, dans toutes les langues.

Oh, elle n’a pas été épargnée. Ses passions exotiques lui ont coûté maintes critiques, moult insultes. On ne bâdine pas avec l’amour, non ! En fait, pour la masse bien pensante, on ne bâdine pas ouvertement avec l’amour, en public ! C’est surtout cela. Et quelle horreur de s’afficher ainsi, main dans la main avec ces… personnes ! Qui ne parlent même pas notre langue ! Ces gens-là ! Trop mats, trop cambrés, trop crêpus, trop bruns, trop… pas assez de chez nous !

Elle, elle aime ces corps d’ébène aux parfums musqués et aux lèvres pulpeuses qui semblent l’avaler toute entière, d’un seul baiser.

Elle, elle aime ces corps trappus recouverts d’une toison épaisse et douce qui semble s’offrir, tels un coussin de soie et de velours, juste après l’amour.

Elle, elle aime ces corps fins et menus, comme ceux des adolescents, sans pilosité aucune, ces yeux foncés dont la forme en amande semblent s’extasier et sourire en même temps.

Elle est polyglotte, elle est polyandre, elle est polychrome, elle est polypnée. Elle est féminin pluriel.

Elle est un corps qui s’écoute et s’abandonne aux sons des musiques lancinantes et sensuelles.

Elle est un corps qui entre en transe et se déhanche, se câbre, insoumis, indompté aux rythmes des djembés, des congas et des didgereedoos.

Elle est sorcière, envoûteuse possédée qui prend et donne du plaisir comme d’autres inspirent et expirent.

Elle est une femme. Elle est volupté. Elle est la lune. Elle est jouissance. Elle est l’eau.

Elle est Ménade, ivre du bonheur de vivre. Elle est Amazone, guerrière de la vie. Elle est Danaïde, proclamant sa liberté. Elle est Clio, la mémoire des Hommes.

Elle est Nous toutes…

 

© 2007 Plum'

samedi, 27 septembre 2008

Coucou Vous !

Soyez les bienvenus !

Pour vous sustenter, je vous propose quelques petites tranches de vie, beurrées d'ironie, de mélancolie ou, si vous préférez, de douceur.

1672157384.jpg

 Rassurez-vous, elles restent légères et digestes.

Je vous souhaite de vous régaler et si ces "tartines littéraires" vous ont plus, ou même simplement interpellés, faites-le moi savoir !

Plum'